jeudi 20 novembre 2014


NEGOCIATION RETRAITE 
 
Lors de la négociation du 19 novembre 2014 La direction a présenté ses orientations aux organisations syndicales, sans entrer dans les détails de ce qui constituerait le nouveau plan de retraite .Ces orientations sont expliquées dans l’inter flash de ce matin.

La CFDT, comme d’autres a demandé des explications sur les chiffres communiqués (engagement de retraite, chapeaux …) et des simulations de ce que donnerait concrètement le système proposé.

La CFDT a énoncé aussi ses orientations :

1.   Anticipation :

a.   maintiens des anticipations actuelles (jour, postés) avec le même niveau de ressource qu’aujourd’hui.

b.   Prêt à regarder comment on intègre les futurs dispositifs (compte pénibilité) dans ces anticipations.

2.   Retraite :

a.   Maintenir pour tous les salariés, un niveau de retraite équivalent à aujourd’hui

b.   Prêt à négocier les moyens d’atteindre ce niveau, pas de tabou (perco ...)

c.    Ne pas toucher au plan fermé Mobil 

Vu l’importance du dossier retraite, Il est important que cette négociation se déroule sereinement.

A cette fin, la CFDT demande à la direction de s’engager rapidement sur le maintien des anticipations actuelles, et sur le maintien du plan fermé Mobil.

Il est aussi important que les salariés comprennent les tenant et aboutissants de cette négociation. Pour cela, la CFDT organise des réunions du personnel (voir au verso).

samedi 1 novembre 2014

ExxonMobil: bénéfice meilleur qu'attendu


Si le chiffre d'affaires a reculé de 4,34%, le bénéfice trimestriel a lui progressé de 2,54% sur un an à 8,07 milliards de $, grâce à ses activités de raffinage, de distribution et à ses produits chimiques qui lui ont permis de compenser le recul de la production sur fond de chute des prix du brut.

lundi 8 septembre 2014

Elections ExxonMobil Chemical France


 

ExxonMobil Chemical France 


Elections CE et DP du 6 octobre 2014 :

POUR DES ORGANISATIONS SYNDICALES CREDIBLES, RESPONSABLES ET FORTES

Dans les semaines qui viennent, l’ensemble des salariés, y compris en CFC, vont devoir désigner leurs représentants pour les 4 années à venir.

Bon à savoir :
Votre bulletin de vote détermine le poids d’une organisation syndicale pour les négociations, la gestion du CE, l’efficacité des interventions en CE/DP et la composition des CHSCT.

Dans le contexte actuel, il n’aura échappé à personne qu’il est crucial de faire le bon choix. Nous avons entendu des salariés qui considèrent que les syndicats ne servent à rien et qu’ils n’iront pas voter pour l’un ou l’autre. Bien au contraire, l’action syndicale doit prendre un rôle plus important chez ExxonMobil.

Comment penser que l’individualisme puisse se substituer à la démarche collective, la direction n’attend que ça !!!

Qui mieux qu’une organisation syndicale bien structurée peut appréhender les besoins de l’ensemble des salariés ? Alors qu’il est demandé à chacun de fonctionner collectivement dans l’intérêt de notre plateforme, il n’y aurait rien de pire que chaque service se préoccupe de « ses » propres intérêts sans intégrer les attentes et la réalité quotidienne des autres services. C’est cet exercice difficile qui commande le fonctionnement de la CFDT. Ce n’est pas pour autant que nous ne savons pas prendre en compte les spécificités de chaque service et conduire des actions appropriées avec les salariés concernés.

A l’occasion des élections du 6 octobre, le nombre de représentants syndicaux va encore diminuer. Les conséquences sont que vos représentants devront maîtriser encore plus de dossiers pour être le plus efficace possible. Cette situation n’est pas pour déplaire à la direction qui souhaite de plus en plus « by passer » les organisations syndicales pour communiquer sans contradicteur avec les salariés.   

 

Que les salariés ne se trompent pas de cible !!! Le 6 octobre, plus la participation électorale sera importante et plus la direction devra tenir compte du point de vue de vos représentants.

 

Depuis des mois, notre direction tient un discours pessimiste sans exposer sa vision d’avenir. Chacun pense ce qu’il veut mais une  organisation syndicale responsable doit intégrer dans ses revendications, l’évolution du monde qui nous entoure. La CFDT a toujours suivi la même voie. Notre action s’adapte en fonction des sujets. Ainsi la CFDT ne pratique ni la langue de bois, ni les grands discours démagogiques, ni la politique de la chaise vide. Notre culture de la négociation est le moteur de notre organisation syndicale. Rien n’est noir ou blanc.

Conflit ou compromis, mais c’est au plus proche de ses adhérents et des salariés que la CFDT fait des choix dans l’intérêt d’une majorité de salariés et avec en permanence à l’esprit le maintien et le développement d’une activité ExxonMobil à Gravenchon.

C’est sur ce mode de fonctionnement que la CFDT attend votre soutien massif !!!

Notre bilan est une parfaite illustration de notre culture syndicale.

Les accords de compétences : Mis en place il y a 14 ans sous l’impulsion de la CFDT, nous sommes fiers de sa mise en œuvre. Cet accord était conçu pour évoluer et s’adapter à ce que la direction demande à ses salariés. C’était le « deal » avec la direction au début des années 2000. D’autres catégories de personnel auraient dû intégrer cet accord.

Presque 15 ans plus tard, force est de constater que le coût associé et le changement radical de la direction a eu pour effet non seulement de ne pas faire évoluer cet accord mais également d’en exclure du personnel précédemment concerné (la maintenance). Pour cette population,  la direction n’a pas tenu sa promesse de mettre en place un dispositif de substitution commun au pétrole et à la chimie !

Les jeunes opérateurs restent la population la plus concernée par l’application de cet accord qui permet l’acquisition de coefficients associés à des augmentations de façon beaucoup plus rapide que leurs collègues embauchés avant les années 2000. Il est important que nos jeunes salariés en soient conscients. Cet accord est une initiative de la CFDT.

Nous continuons à revendiquer la mise en place d’un dispositif de développement de carrière adapté à l’évolution des métiers ExxonMobil

Participation, Intéressement et Abondement : La direction ne s’en cache pas, la rémunération variable n’est pas « la tasse de thé » d’ExxonMobil. A cet argument, nous répondons : « sauf pour les bonus de nos cadres dirigeants !!! ». La direction a-t- elle honte à ce point de cette rémunération pour ne plus en communiquer le montant aux élus ou à leurs experts ?

Pour la direction, tout aménagement de la PIA ne peut se faire qu’à coût constant. C’est dans ce sens que la CFDT a négocié cet accord en revendiquant une meilleure répartition des faibles sommes disponibles à l’avantage des ouvriers, employés, techniciens et agents de maitrise. Nos homologues de la CGT sont contre la mise en place de ce genre de dispositif, la CFE-CGC « protège » sa population en favorisant une répartition proportionnelle aux salaires telle que le souhaite la direction. Nos collègues FO après avoir été dans un premier temps alignés sur la position CFDT ont finalement choisi de signer cet accord le rendant ainsi applicable.

La répartition égalitaire était une revendication prioritaire pour la CFDT. Quand le gâteau à partager est petit et que tous, nous devons faire des efforts, il est important que chacun soit récompensé de façon égalitaire. C’est dans cet esprit que nous n’avons signé que l’accord sur l’abondement.

Notre direction raisonne en permanence en termes d’enveloppe globale, sans accord PIA valide, une prime substantielle aurait pût être attribuée aux négociations salariales annuelles. Voici ce qu’aurait donné, sur les résultats 2013, une répartition égalitaire de la participation intéressement comme le revendiquait la CFDT.

Salaire Brut
mensuel
Base + Anc + PQ
Distribution Proportionnelle
accord
signé
Distribution
égalitaire
CFDT
Dont part égalitaire
213.39 €
2,000.00 €
427.09 €
853.55 €
3,000.00 €
533.95 €
853.55 €
4,000.00 €
640.80 €
853.55 €
5,000.00 €
747.66 €
853.55 €
5,990.00 €
853.44 €
853.55 €
8,000.00 €
1,068.22 €
853.55 €
12,344.00 €
1,532.39 €
853.55 €

 

Tous les salariés avec un salaire inférieur à 6000 euros mensuel auraient été gagnants

La mutuelle obligatoire : Ce dispositif a été « imposé » par le gouvernement Sarkozy et est maintenant en partie « imposé fiscalement » par le gouvernement Hollande.

Quels rôles ont vos représentants dans le dispositif « mutuelle obligatoire » ? Hormis la négociation de la répartition de la cotisation employeur/salarié, le rôle des organisations syndicales se limite aux prérogatives que la direction veut bien partager avec vos élus.

Depuis la mise en place de ce dispositif, les organisations syndicales sont associées au suivi de ce contrat au travers d’une commission technique qui est chargée d’analyser le fonctionnement de la prestation et de faire des « recommandations ». Ces propositions sont ensuite validées par les organisations syndicales et la direction. Ce fonctionnement a permis d’ajuster au mieux les prestations réclamées par les salariés, et de limiter les augmentations de cotisation.

La négociation de la part patronale et la bonne gestion de ce contrat ont permis, tout en améliorant les prestations, de revenir à des niveaux de cotisations inférieurs à ce qu’ils étaient en 2009. Néanmoins, Au regard de l’évolution du marché des complémentaires santé en France, les organisations syndicales ont demandé à la direction de procéder à un appel d’offre pour mise en place en janvier 2016.

La CFDT, au travers du comité technique, défend vos intérêts afin de conserver un bon niveau de protection pour des cotisations les plus faibles possible et ce quel que soit le prestataire retenu.

Accord temps de travail : Nous en sommes conscients, cette négociation a été compliquée à tous points de vue et a divisé les salariés. La CFDT a pesé de tout son poids pour que l’impact de cette décision de la direction soit limité. A l’issue d’un bras de fer de plusieurs mois et après avoir reçu le mandat de ses adhérents, la CFDT a signé cet accord. Comme tout accord, celui-ci ne fait pas l’unanimité mais la démocratie s’est exprimée et la signature de la CFDT représente non seulement la volonté des adhérents mais également le souhait général des salariés de conserver la plupart des RTT.

La CFDT aura fait bouger les lignes en limitant l’accord à 5 ans. Nous avons ainsi démontré qu’il n’y avait pas de sujet de négociation tabou à la condition que la direction soit franche et loyale, ce qui ne fut pas le cas durant toute la négociation sur le temps de travail.

Afin que les choses soient claires, ce n’est pas parce que la CFDT a signé cet accord que la direction ou les salariés doivent penser que cela équivaut à un chèque en blanc pour l’avenir.

Négociation accord retraite : En 2002 et en 2008, la CFDT a joué un rôle majeur dans la négociation de l’accord actuel. La négociation à venir est le prochain gros dossier pour les organisations syndicales et pour les salariés. Il sera nécessaire de bien vous informer, au travers de réunions spécifiques, car le sujet est éminemment complexe et les enjeux sont différents en fonction de votre ancienneté.

Pour la CFDT, il est essentiel de préserver, d’une manière ou d’une autre, les fondamentaux de notre plan de retraite actuel (anticipation, pénibilité et garantie de ressources).

Le comité d’établissement : La procédure judiciaire engagée contre la direction par les CE sur la détermination du budget annuel des œuvres sociales s’est terminée défavorablement pour les CE. La direction a donc maintenant toutes libertés pour appliquer cette décision ou maintenir le budget actuel en l’état.

Avant la dernière action devant la cour de cassation, vos représentants du CE de l’usine ont proposé à la direction un règlement amiable de ce litige. La direction était d’accord pour trouver une issue négociée mais uniquement à la condition que les  2 CE (usine et siège) acceptent cette approche. Le CE du siège ayant refusé, il n’a pas été possible de trouver une issue négociée à ce litige.

La CFDT regrette que la direction ait, au travers de notre demande, tenté une nouvelle fois de diviser les élus du siège et de l’usine.

En fonction du choix que fera la direction, les élus du CE adapteront le fonctionnement des activités sociales.

La CFDT demande à la direction de maintenir le taux de subvention  actuel permettant d’offrir aux salariés ainsi qu’à leurs ayant droits, des prestations de qualité.

Pour la CFDT, même si sa gestion est sous la responsabilité des organisations syndicales, le CE appartient aux salariés. En conséquence, les activités sociales doivent correspondre à vos souhaits et s’adapter à l’évolution de notre société. Le mode de gestion intersyndical actuel doit perdurer.

Les activités du CE sont contrôlées régulièrement par l’administration française afin que les aides du CE soient exonérées de cotisations sociales et que les salariés n’aient pas à déclarer d’avantages en nature. La rigueur de ces contrôles impose au CE la mise en place de règlements adaptés et, pour certaines prestations, la fourniture de justificatif reconnu par l’administration française.

Il est également essentiel que les salariés désignent des représentants de CE qui ont déjà démontré leurs compétences de gestion à tous niveaux. Les élus CFDT répondent à ces critères car ils ont déjà démontré leur adaptation à l’évolution des besoins des salariés en modifiant à chaque fois que nécessaire l’offre globale du CE. Ceci ne peut se faire qu’en tenant compte de l’ensemble des spécificités de la population EMCF.

En effet, en fonction de l’âge, de la structure familiale et du pouvoir d’achat disponible, les besoins des salariés sont différents. C’est dans ce sens que la répartition entre aides directes et prestations offertes se doit de répondre au plus grand nombre.

Enfin, les salariés doivent aussi tenir compte du sérieux, de la rigueur et de l’honnêteté de leurs collègues appelés à gérer un budget conséquent.

Le CE EMCF usine, dont la CFDT est le 1er syndicat depuis de nombreuses années, n’a jamais fait l’objet d’aucun redressement URSSAF , ni de remarque du commissaire aux comptes payé par la direction , que cela soit dans la gestion des activités ou dans l’exercice des mandats des élus du CE.

La rigueur, l’écoute des salariés et la gestion intersyndicale doivent être les lignes directrices de la gestion du CE. C’est le souhait de la CFDT !

Le CHSCT : La particularité des CHSCT est que les membres qui y siègent sont désignés par les élus CE et DP.

Dans cette instance, on débat de la sécurité, de l’hygiène et des conditions de travail. Quand on parle de sécurité il est pour la CFDT important de dissocier deux aspects. La sécurité des personnes et la sécurité industrielle. La sécurité des personnes est suivie par la direction jour après jour au travers du TRIR.

Pour la CFDT, sans vouloir opposer l’une à l’autre, la sécurité industrielle et la gestion des risques est un enjeu majeur dans la poursuite d’une activité ExxonMobil à Gravenchon. C’est pourquoi nous attachons beaucoup d’importance au maintien en état de nos installations et à l’organisation du travail mis à disposition des salariés pour assurer une réponse à l’urgence efficace.

Il est donc important que les membres de CHSCT aient été formés et sensibilisés à ces risques pour  être de bons contradicteurs.

 A cette fin, les membres CFDT des CHSCT suivent tous des formations sur les Risques Industrielles Majeurs.

Contrairement à ce que pensent certaines directions, les membres de CHSCT ne sont pas des empêcheurs de tourner en rond. Ils sont les garants du respect de la législation et des standards prônés par ExxonMobil.

Pour la CFDT, la pérennité du site passe aussi par la sécurité des installations.

Les candidats CFDT qui seront désignés par les élus de CE et de DP à l’issue des élections seront des salariés reconnus pour leur connaissances techniques et humaines et représentatifs de l’ensemble des secteurs d’activités de l’usine de NDG.

Le 6 octobre, votez et faites voter CFDT !!!
 
 

vendredi 5 septembre 2014

La CFDT "atterrée" par les propos de Rebsamen sur les chômeurs

  
Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, s'est dit mardi "atterré" par les propos du ministre du Travail, François Rebsamen, qui a appelé à accroître le contrôle des chômeurs pour vérifier qu'ils cherchent bien un emploi, et à les "sanctionner" si nécessaire. 

Le leader syndical a qualifié les propos du ministre de "scandaleux", évoquant une "stigmatisation" des chômeurs. "Ma pensée va aux gens que je connais, jeunes et moins jeunes, qui cherchent du boulot désespérément et attendent des responsables politiques et du patronat des solutions ...".

Interrogé sur les possibles fraudes de la part de chômeurs, M. Berger a répondu : "connaissez-vous des secteurs où il n'y a pas d'abus ? ". Le problème "n'est pas là", selon lui. "Il y a 5 millions de chômeurs et le chômage continue d'augmenter", a rappelé M. Berger qui entend dire "en face" à M. Rebsamen ce qu'il pense de ses propos. 

La CFDT désapprouve le report de la revolarisation des retraites

  
La CFDT désapprouve avec vigueur le report de la revalorisation des retraites pour les bénéficiaires les plus modestes initialement prévue le 1er octobre. 

Cette revalorisation, revendiquée par la CFDT était juste et nécessaire. Ce report aura des conséquences négatives pour les retraité(e)s aux ressources faibles. 
  
La CFDT sera attentive et exigeante pour réparer et compenser le préjudice d’ores et déjà subi par ces retraité(e)s.

vendredi 29 août 2014

Total : Déclarations du PDG Christophe de Margerie

 
« Sur la France, on perd énormément d'argent toutes activités confondues. Sur le raffinage, les pertes sont même supérieures à tous les gains faits par ailleurs dans l'Hexagone, a déclaré son PDG, Christophe de Margerie, mercredi dans un entretien au journal Ouest-France. Ce n'est tout simplement pas durable ! » Et d'ajouter : « Cela veut dire qu'il y a encore des adaptations à faire sur les sites de Total en France ».

SRD Dunkerque

   
Colas a annoncé son intention de transformer, au 01/01/2015, la raffinerie de Dunkerque en usine Bitume. Avec pour conséquences l'arret de 8 unités sur 10 (distilation sous vide, unités d'huiles, etc...).
L'impact sur les effectifs sera important de 250 salariés actuellement à moins de 100 salariés après transformations.
   
Pour info SRD produit, chaque année, environ 300 000 tonnes de bitumes, 280 000 tonnes de lubrifiants, 30 000 tonnes de spécialités telles que les paraffines ou extraits et 220 000 tonnes de fuels.

Rappel : Colas, filiale de Bouygues, a racheté en 2010 les parts dans SRD d'ExxonMobil de Total et de BP.

jeudi 28 août 2014

Nouvelle hausse du chômage en juillet, avec 3,424 millions d’inscrits en catégorie A

  
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A a connu, en juillet, un neuvième mois consécutif de hausse, (la catégorie A correspond aux sans emploi  tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi) Sur un an, la progression est de 4,3 %, soit 141 700 chômeurs de plus sur la période.

5 083 800 personnes sont inscrites en catégories A, B et C

ExxonMobil : Esso va céder des stations-service en France


Selon l'AFP

Esso a annoncé aujourd'hui un projet d'accord en vue de vendre à la société DCC Energy France plus de 300 stations-service en France pour 106 millions d'euros. Cette cession concerne la partie restante du réseau de stations-service approvisionné en direct par Esso, soit 274 stations automatiques Esso Express et 48 concessions de stations autoroutières, a précisé le groupe, filiale française du géant pétrolier américain ExxonMobil.

ExxonMobil : Esso SAF creuse ses pertes au 1ier semestre 2014


Selon le communiqué de la Direction :

Esso SAF, a creusé ses pertes au premier semestre en raison de la faiblesse des marges de raffinage et de la baisse des quantités de pétrole brut traitées. Le résultat opérationnel est passé de -122 millions d'euros à -174 millions d'euros Les volumes de ventes de produits raffinés sont restés stables, et même en progression de 7% en France. Dans cet environnement, Esso SAF s'efforcera de poursuivre l'optimisation de son outil industriel et de ses circuits de distribution.

_

_