samedi 29 juillet 2017

ExxonMobil : malgrè un gros bénéfice les actionnaires inquiets sur la distribution des dividendes

Les experts s'interrogent sur la capacité d'ExxonMobil à couvrir les dividendes promis aux actionnaires pour le reste de l'année tout en réduisant sa dette. La trésorerie s'élève à 7,1 milliards de dollars à fin juin, inférieure de 15% aux attentes des analystes financiers, tandis que la dette est de 41,9 milliards de dollars.

L'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a prévenu en mai qu'elle envisageait d'abaisser la note de solidité financière parce qu'elle "doute" que le niveau actuel de la trésorerie puisse permettre au groupe de se désendetter de façon significative.

vendredi 28 juillet 2017

ExxonMobil: des bénéfices doublés au 2e trimestre 2017

Le bénéfice net est ressorti à 3,35 milliards de dollars contre 1,7 milliard au deuxième trimestre 2016.

L'amélioration des bénéfices provient essentiellement à la réduction  des couts en baisse de 6,2%, tandis que les investissements dans le secteur de l'exploration production ont baissé de 24%, à 3,93 milliards de dollars à fin juin.

La production de pétrole et de gaz a baissé de 1%, à 3,9 millions de barils équivalent pétrole par jour.

L'activité de production et exploration pétrolière et gazière (amont)  a pâti de la faiblesse des courts du brut, plus particulièrement en Amérique du nord avec une perte trimestrielle de 183 millions de dollars.

Les activités de raffinage (aval) ont dégagé un bénéfice de 1,4 milliard de dollars, en hausse de 98% sur un an, alors que le résultat de la chimie a diminué de 232 millions de dollars, à 985 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires trimestriel a progressé de 9% à 62,88 milliards de dollars.

lundi 24 juillet 2017

Baisse des APL : la CFDT demande au gouvernement de renoncer

En annonçant ce week-end la baisse de 5 euros par moisdes Aides Personnelles au Logement (APL), le gouvernement donne un très mauvais signal aux familles les plus pauvres et aux jeunes. 
 
Ces aides bénéficient à près de 6,5 millions de personnes, dont environ 1 million de jeunes de moins de 25 ans.

La baisse de 5 euros n’est pas anecdotique pour ceux qui ont déjà beaucoup de mal à « boucler les fins de mois », notamment les jeunes, les salariés en grande précarité et certains retraités.

Pouvoir se loger est pourtant un élément essentiel pour se former, travailler et pour lutter contre l’exclusion.

Les aides aux logements sont donc indispensables pour favoriser l’émancipation des jeunes, l’accès à l’emploi des salariés et le maintien des retraités à leur domicile, même si elles justifient trop souvent l’augmentation des loyers par les propriétaires.

Pour la CFDT, une politique d’aide au logement et de régulation des loyers ne peut pas commencer par un « coup de rabot » pénalisant les plus fragiles.

Face à cette annonce injuste et contre-productive, la CFDT demande au gouvernement de renoncer à la baisse des APL.

jeudi 13 juillet 2017

Le pluralisme syndical est un droit !

Bonjour,  

Le pluralisme syndical est un droit ! 

Nous avons la chance de vivre dans un pays libre, dans une démocratie où chacun doit pouvoir s’exprimer comme il le souhaite. Il en va de même dans le cadre de la démocratie sociale où chacun des acteurs, qu’il soit patronal ou syndical, peut se positionner librement sur l’ensemble des sujets qui lui sont chers, avec son analyse de la situation, et ceci, en toute liberté. A ce titre, la FCE-CFDT est une organisation syndicale libre et engagée. Elle s’affirme par ses écrits, par l’intervention de ses militants, à tous les niveaux, de l’international jusque dans l’entreprise, l’établissement. Elle le fait dans le respect des autres partenaires, qui n’ont pas toujours la même vision des affaires ni le même positionnement. S’il y a, en France, un pluralisme syndical, c’est bien parce que les salariés ne pensent pas tous la même chose, parce que les organisations syndicales n’ont pas toutes les mêmes positions et n’ont pas la même manière d’exprimer leur approbation ou leur mécontentement. Il en va ainsi dans un pays démocratique. Le pluralisme syndical est un acquis que les salariés des pays totalitaires nous envient trop souvent encore aujourd’hui. 

Depuis plusieurs mois, certaines organisations n’acceptent plus cette pluralité. Sous prétexte de vouloir une prétendue unité syndicale, elles tentent d’imposer leur vision et leurs positions à d’autres sur l’ensemble des dossiers. C’est particulièrement le cas dans les IEG et à EDF, en ce moment. Si vous vous pliez au diktat, tout va bien. Si vous décidez de rester vous-même, de porter une vision et des positions qui peuvent être différentes, mais aussi parfois complémentaires, vous êtes alors victime de toutes les attaques mensongères et de tous les dénigrements. 

Cela est inacceptable. Le pluralisme syndical, c’est aussi la liberté de penser, la liberté d’expression. C’est un verrou contre le totalitarisme, contre la pensée unique. A quoi bon avoir plusieurs organisations syndicales si elles se plient toutes à la voix de celui ou de celle qui crie le plus fort.
 
Alors n’en déplaise à certains, la FCE-CFDT restera ce qu’elle est : libre, indépendante et engagée ! Elle continuera toujours à porter ses positions, à faire ses propositions dans l’intérêt des salariés. A l’opposé de la pensée unique, la confrontation d’idées et le respect de l’autre sont des richesses que les organisations syndicales ont le devoir de faire vivre. Soyons fiers de le faire aujourd’hui ! 

Je vous souhaite à toutes et à tous de très bonnes vacances.
 
Dominique BOUSQUENAUD
Secrétaire Général 

mercredi 12 juillet 2017

Plan de départs volontaires



Suite aux réorganisations annoncées lors du forum européen du mois de mai 2017 (voir communication des représentants au forum Européen de mai), la CFDT a obtenu que le plan social annoncé par la direction du groupe ne comporte aucun départ contraint et soit constitué uniquement d’un plan de départs volontaires (PDV).

Les mesures de départs ont été négociées et ont abouti à un consensus lors de la négociation du vendredi 7 juillet.

Depuis l’ouverture des négociations, la CFDT a demandé que l’ensemble des salariés de GREF impactés par l’externalisation de leur poste et les salariés des sites industriels concernés par les réorganisations du Forum européen (Emit, Achat, …)  puissent bénéficier du PDV au même titre que les salariés du siège social.

La direction a finalement accepté d’étendre le bénéfice du PDV aux salariés de GREF dont l’externalisation a été précédemment annoncée et aux autres salariés des sites industriels dont le poste est supprimé par ces réorganisations.

Suite à ces avancées et sous réserve de relecture du projet d’accord, la CFDT s’est déclarée signataire de l’accord  qui nous sera proposé à signature à la rentrée.

La direction vient de communiquer les détails du PDV et des sessions d’information du personnel sont prévues très prochainement à La Défense. La liste des postes supprimés, sera annoncée aux salariés et aux élus le 20 juillet.

Informations sur les modalités du PDV :  Interflash

mardi 11 juillet 2017

“La CFDT continuera de se battre pour la réparation de la pénibilité au travail”



Dans une lettre envoyée aux partenaires sociaux le 8 juillet, le Premier ministre a annoncé une réforme du compte pénibilité pour le 1er janvier 2018. Si la prévention doit rester la priorité, la CFDT continuera de se battre pour que les travailleurs obtiennent réparation en cas de pénibilité au travail.

Compte pénibilité : Ce que change la réforme annoncée : Lire

Interview : Lire

Pénibilité, travaux en cours, vigilance de mise, communiqué CFDT : Lire

lundi 19 juin 2017

"S’il y a des désaccords profonds, nous le dirons" Laurent Berger




La "vague Macron" change-t-elle le rapport de force ?

C’est le choix des citoyens, mais cette large majorité renforce la nécessité de construire des politiques en contact avec la société civile et les corps intermédiaires.
Partagez le pouvoir, ai-je envie de dire au Président et au gouvernement !
Le concentrer ne serait pas sans risques et sans difficultés tant les fractures sociales et territoriales sont réelles. Il va falloir apporter des réponses en matière de lutte contre la pauvreté, d’accompagnement des travailleurs dans leur parcours professionnel, favoriser le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée, développer une action publique de proximité.
La question posée est celle du sens : soit on construit des politiques de progrès qui font vivre des valeurs, réduisent les inégalités, favorisent l’équilibre entre performance économique et justice sociale au service d’une fraternité retrouvée. Soit on élabore juste des politiques qui mises bout à bout n’incarnent aucune grande logique.
Jamais il n’y a eu un tel paradoxe entre, d’un côté, un pouvoir très concentré, et de l’autre, des tensions et des attentes fortes en termes de changement. La victoire ne laisse pas de place à l’euphorie. Il n’y a pas d’homme providentiel, ni de solution miracle.

Article JDD : Lire

vendredi 16 juin 2017

Programme de travail du gouvernement, la CFDT détaille ses premières propositions

La CFDT a été reçue le 15 juin au Ministère du travail pour la première réunion bilatérale de concertation sur le programme de travail proposé par le Gouvernement. 
 
Cette première réunion portait sur l'articulation entre la loi et les niveaux de négociation dans les branches et dans les entreprises.

Communiqué CFDT : Lire

vendredi 9 juin 2017

Les activités et les perspectives de l’industrie pétrolière en France (Source UFIP)

Présentation des activités et perspectives de la branche pétrole par l'UFIP lors de la réunion de la Commission Paritaire de branche du 08 juin 2017.

Document : Voir

mercredi 7 juin 2017

Suppression de postes suite forum européen

Nous avons rencontré Antoine Du Guerny (PDG) ce matin. Il nous a expliqué que  les restructurations européennes n’avaient pas été assez loin  pour préserver la compétitivité d’ExxonMobil

Cet après-midi , en négociation le DRH nous a présenté sa méthode pour accompagner les suppressions de postes annoncées au forum européen ( 43 à 66 postes pour la France dont 85% aux sièges ) :   
·         En juin juillet ,négociation et signature d’un pré-accord PDV-PSE ,  limité géographiquement aux 2  sièges sociaux .
·         En juillet, communication au personnel concerné de la liste des  postes à l’étude et des conditions de départs négociées.
·         Entre aout et septembre ,recueil du pré-volontariat des salariés.
·         A compter de septembre,  consultation des instances sur les réorganisations envisagées et les mesures d’accompagnement.

Après une discussion intersyndicale et en préalable à la continuité de la négociation,  
les organisations syndicales ont demandé à la direction de s’engager à ne procéder à aucun départ contraint .  

Faute de réponse favorable à cette demande, les Organisations syndicales ont quitté la négociation.

Prochaine rencontre le 14 juin .

Pour la CFDT, nous sommes prêts à envisager la négociation d’un plan social – plan de départs volontaires comme le propose la direction, mais uniquement si les salariés ont la garantie qu’on ne les forcera pas à partir .

_

_